Blade Runner 2049

Pitch:

En 2049, la sociĂ©tĂ© est fragilisĂ©e par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves crĂ©Ă©s par bioingĂ©nierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargĂ©e de trouver et d’éliminer ceux qui n’obĂ©issent pas aux ordres des humains…

Critique :

Ryan Gosling rĂ©alise ici une très belle interprĂ©tation. A la fois crĂ©dible et profond (notamment dans une scène mythique oĂą il nous partage ses souvenirs d’enfance) il nous maintient en haleine tout au long de l’histoire. Harrison Ford rĂ©alise aussi une puissante performance alors qu’il n’apparait que peu de temps le film. On s’Ă©merveille devant des dĂ©cors urbains et futuristes de Los Angeles en 2049: les visuels sont excellents, la musique de Vangelis est toujours aussi magnĂ©tique. On reste cependant déçu par rapport au premier thriller futuriste de film de Ridley scott oĂą le rĂ©alisateur Ă©tait Ă  la fois visionnaire sur son scĂ©nario, esthète sur la qualitĂ© des images et chef d’orchestre dans l’enchainement des scènes. Dans cette suite le rythme est assez lent et le scĂ©nario n’est pas assez novateur par rapport au premier film. En effet ou assite Ă  une traque de rĂ©plicants comme dans le premier et l’enchainement des scènes reste assez prĂ©visible. On maintient cependant que le film est poignant par la qualitĂ© imparable des visuels, de la bande sonore, du jeux des acteurs et par la thĂ©matique qu’il aborde : qu’est-ce que l’âme humaine ? Quelles sont les limites de l’homme dans la crĂ©ation et le retrait de la vie ? C’est un film qui fait aussi honneur au sens du sacrifice (sacrifice du hĂ©ros agent K).

©cineflash, 2017

Blade Runner 2049 : Photo Ryan Gosling

Copyright Sony Pictures / Warner Bros. Pictures

Blade Runner 2049 : Photo Ryan Gosling

Copyright Sony Pictures / Warner Bros. Pictures

Blade Runner 2049 : Photo Harrison Ford

Copyright Sony Pictures / Warner Bros. Pictures

Advertisements

Gauguin

Synopsis: Le film prend place à Paris, vers 1891. Gauguin peine à vendre le peu de toile qu’il possède. Il vit une profonde lassitude, Paris l’ennui. Pour mettre un terme à son désarroi il choisit de s’envoler pour Tahiti pour trouver l’inspiration, laissant derrière lui sa femme et ses enfants. A Tahiti sa santé ne s’arrange pas il boit beaucoup. A son retour de l’hôpital, il décide de partir à l’aventure dans la jungle afin de retrouver la beauté luxuriante d’un monde qui n’attend que d’être peint. Avec son cheval, il s’évade et rencontre des Indiens qui lui proposent de se marier avec leur fille Tahura. C’est alors que passionnément Paul décide de peindre sa vahiné de formes et de couleurs des plus exotiques…

Critique : Vincent Cassel propose ici une interprétation du peintre très réaliste du peintre à la fois passionnée par son art et tourmentée par sa vie. Visuellement le film est très rafraîchissant (végétations luxuriantes, population tahitienne chaleureuse). On apprécie aussi la douceur et le sourire généreux de Tahura (interprété par Tahuei Adams) qui réalise ici une vrai performance en tant que muse du peintre. En bref le jeux d’acteur est excellent. Le scenario lui semble plus fragile et l’on fini par se demander si le film traite plus d’un épisode douloureux de la vie de Gauguin que de Gauguin lui-même. En effet le film ne nous enseigne presque rien sur le peintre et le spectateur est limité à un aperçu de la vie du peintre sur une ile avec une amazone, le tout accompagné de quelques péripéties. En ce sens on peut s’interroger sur l’intention du réalisateur : long métrage poétique ou biopic ?
La note positive est que ce film aborde une thématique souvent oubliée : la passion de l’artiste, ou comment la force du désir de créer peut l’emporter sur la lassitude d’une vie sans arts.

©cineflash, 2017

 

Gauguin - Voyage de Tahiti : Photo Vincent Cassel

Copyright Move Movie/Studio Canal/NJJ Entertainment

Gauguin - Voyage de Tahiti : Photo TuheĂŻ Adams, Vincent Cassel

Copyright Move Movie/Studio Canal/NJJ Entertainment

Gauguin - Voyage de Tahiti : Photo TuheĂŻ Adams, Vincent Cassel

Copyright Move Movie/Studio Canal/NJJ Entertainment

Gauguin - Voyage de Tahiti : Photo TuheĂŻ Adams

Copyright Move Movie/Studio Canal/NJJ Entertainment

 

 

Le Roi Arthur: La LĂ©gende d’Excalibur

RĂ©sumĂ©,Le Roi Arthur: La LĂ©gende d’Excalibur

Jeune homme Ă©rudit, Arthur mène une vie tranquille, sans soupçonner le destin qui l’attend jusqu’au jour oĂą il s’empare de l’Ă©pĂ©e Excalibur. Comment va-t-il maĂ®triser ce nouveau pouvoir alors qu’il doit vaincre le tyran Vortigern et venger ses parents?363082

© Warner Bros

363083

© Warner Bros

297647

© Warner Bros

 

Critique:

 

Le roi Arthur: La lĂ©gende d’Excalibur

D’abord le film est un clash visuel les scènes de bataille sont grandioses et captivantes : scène de bataille explosives, Ă©lĂ©phants de combat parĂ©s jusqu’aux dĂ©fenses, aigles enchantĂ©s, forteresse malĂ©fique, magie ; bref tous les ingrĂ©dients Arthuriens sont au rendez-vous pour nous faire revivre la LĂ©gende.

Ensuite la musique est très originale (signée par le musicien Daniel Pemberton) : cornemuses celtes, tambour, instaurent une atmosphère médiéval épico-tragique dès le début du film.  Le film en lui-même est assez proche de la littérature classique sur Excalibur. L’adaptation de Ritchie est moderne, rythmée avec de l’humour tout en s’inscrivant dans un style médiéval (décors, costumes…).

L’action est axée sur le bras de fer entre le roi Vortigern, avide de pouvoir, et le roi Arthur qui découvre le sien. Le spectateur est donc témoin de cette opposition progressive. Arthur renie son pouvoir au départ puis comprend que s’il n’agit pas c’est tous le royaume qui est voué à sa perte. Le film nous présente alors toutes les épreuves qu’Arthur traverse avec ses compagnons sur un mode à la fois épique, comique (on retrouve l’humour de Snatch  tu braques ou tu raques), et tragique (scène de crime du roi Vortigern sacrifiant ses filles).

Le jeu d’acteur est quant à lui brillant : Jude Law nous livre une prestation théâtrale digne d’un héros shakespearien : il est à la fois cynique, et plein de remords. Charlie Hunnam de son côté est très charismatique. On l’a récemment vu dans the Lost city of z  (produit par Brad Pitt) et son rôle de d’officier partant à l’aventure pour trouver des vestiges Incas lui allait à merveille. Ici Charlie est tout aussi brillant  dans son incarnation du jeune délaissé qui s’est construit dans la rue.Les mages de Merlin lui donneront-ils raison ?

©cineflash, 2017